Publié par Emma D, Fanny & Emma L

L'adaptation cinématographique de Visconti (1967)

L'adaptation cinématographique de Visconti (1967)

          Meursault est au tribunal sur le banc des accusés. Il est jugé pour assassinat. Il a, selon le procureur, utilisé l’arme de Raymond pour tuer « l’Arabe ». Il a tiré à plusieurs reprises pour être sûr qu’il soit décédé, selon le procureur, ce qui rend cet acte prémédité, entièrement réfléchi. L’avocat de Meursault l’empêche d’intervenir. L’accusé se retrouve spectateur de son jugement.

          Il finit par se défendre en disant que c’est à cause du soleil. Heureusement son avocat continue en parlant de sa personne : c’est un homme bon, il parle beaucoup de son âme.

Meursault se souvient de toutes les joies qu’il a vécues.

          L’avocat de Meursault parle pendant des heures de son destin. Pendant la première partie de l’audience, Meursault commence déjà à s’éteindre de l’intérieur. Ce qui le fait tenir sont de simples pensées de son amie Marie heureuse. Tous les présents dans la salle d’audience se doutent de son destin, la peine de mort. Au moment d’accueillir la sentence, il lui semble reconnaître un sentiment, qu’il lit sur les visages. C’est sûr, on va lui « trancher la tête sur une place publique au nom du peuple français. »

 

L'étranger,chap.10
L'étranger,chap.10
Le pressentiment de Meursault

Le pressentiment de Meursault

Tag(s) : #l'étranger S6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :