Publié par Guillaume et Corentin

Le Baiser (1892), Toulouse-Lautrec

Le Baiser (1892), Toulouse-Lautrec

         Meursault  reçoit une invitation pour passer le dimanche dans le cabanon de Raymond. Raymond le prévient qu’il est suivi par un groupe d’arabes dont fait partie le frère de son ancienne maîtresse, et qu’il faut l’avertir s’il voit le frère devant sa maison.

 

            Le patron de Meursault n’aime pas qu’on téléphone de la ville. Il convoque Meursault dans son bureau pour un projet encore flou. Ce projet est de faire un bureau à Paris qui traiterait les affaires sur place avec les grandes compagnies. Cela permettrait à Meursault de vivre à Paris et de voyager une partie de l’année. Meursault considère que ça lui est égal et que toutes les vies se valent. Ça rend son patron mécontent. Meursault répond toujours à côté, il n’a pas d’ambition et cela est désastreux pour les affaires.

 

            Le soir, Marie vient le chercher et lui demande s’il veut se marier avec elle.  Meursault répond que ça lui est égal et qu’il ne l’aime probablement pas. Marie demande à Meursault s’il accepterait une demande d’une autre femme à qui il serait attaché de la même façon et il répond « Naturellement ».  Elle se demande si elle aime Meursault. Marie dit à Meursault qu’elle l’aime parce qu’il est bizarre. Meursault lui présente le projet du patron et elle répond qu’elle aimerait bien découvrir Paris. Meursault lui dit qu’il a habité Paris pendant quelque temps et que c’est sale, il y a des pigeons et des cours noires. Marie lui reproche de ne pas avoir assez d’attention pour elle.

 

            Meursault mange chez Céleste. Une petite femme bizarre demande si elle peut s’asseoir à la même table. Il répond « oui ». Elle commande d’une voix précise et précipitée. Elle mange vite avec des gestes d’automates, puis elle part en faisant les mêmes gestes d’automates. Vu qu’il n’a rien à faire, il la suit, jusqu’à perdre sa trace. Il pensa qu’elle est bizarre mais il l’oublie vite. Il rentre chez lui après cela et il voit le vieux Salamano sur le pas de sa porte.

 

            Il le fait rentrer chez lui où il apprend que le chien de Salamano est perdu, car il n’est pas à la fourrière. Salamano dit qu’il ne veut pas d’autres chiens car ça ne sera pas le même, et il l’a eu après la mort de sa femme. Salamano évoque la mauvaise réputation de Meursault : il est mal jugé car il a envoyé sa mère à l’asile. Mais lui sait qu’il aimait sa mère. Meursault l’a envoyée là-bas car il n’avait pas assez d’argent pour la faire garder. Il ajoute qu’elle n’avait plus rien à dire depuis longtemps et qu’elle s’ennuyait toute seule. Salamano part en lui serrant la main pour la première fois.

L'étranger,chapitre 5
L'étranger,chapitre 5
Tag(s) : #l'étranger S6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :