Publié par Romane et Malik

C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent ! /
Aux objets répugnants nous trouvons des appas / ...
Et le riche métal de notre volonté /
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

"Au lecteur", Les Fleurs du mal, Baudelaire

Le fatal instrument

Le fatal instrument

Paquet de tiges à cancer

La plus grande partie blanc neutre

La plus petite est - elle - orange

Orange qui vire au marron

 

C’est moche, ça pue, ça rend mal

J’aspire, je souffle, ça pollue

Et cette odeur peu attrayante

N'est rien de moins qu'asphyxiante

 

C’est un petit nuage fumant

Non apprécié par les parents

Mon cœur le regrette pourtant

Qui épuise ma vie en l’aspirant

 

Y avoir gouté plus d’une fois

C’est comme avoir dit au bureau

« Je reviendrai, ne l’oublie pas ! »

C’est a vous de faire votre choix

 

En paquet ou a l’unité

Des 100’s ou bien des roulées

Tu dois apprendre à bien manier

Ne sors jamais sans ton briquet

 

Toutes les fois étant tenté

Vous finissez par apprécier

En terrasse, autour d’un café

En solo ou accompagné

Tag(s) : #fleurs du mal MG4
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :