Publié par Mélya

Amertume

Comme tu me plairais, ô nuit ! sans ces étoiles
Dont la lumière parle un langage connu !

"Obsession", Les Fleurs du Mal, Baudelaire

Des feux tout aussi grands que ravageant

Dans ces bois tellement vidés par l'homme

Et ces bêtes dont on n’entend plus les chants

Comme le plaisir destructeur de l'opium.

 

Des océans aussi sales que déchaînés

Qui font rappeler la nature humaine

Qui est décrite comme une telle beauté

- Grâce au Créateur - Perfection suprême.

 

Une image qui est donnée pour rêver

Elle se fait joie de nous blaguer au nez

Et elle ne compte pas ravir nos projets

Pour continuer de nous maltraiter.

 

Toutes nos grandes visions des milles et une nuit

Détruites, car il n'y a pas de magie

À toujours essayer de contempler

Ô Nuit noire qui veut se réveiller.

 

L'échec de cette Terre crie dans tous nos corps

Elle-même a les yeux rivés sur nos torts

La Nature est très idéalisée

Or rien n'augure un tel conte de fées.

 

Tag(s) : #fleurs du mal MG4
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :