Publié par Tom

La rue assourdissante autour de moi hurlait.

"A une passante", Les Fleurs du mal, Baudelaire

Cette personne habillée en noir

Que l'on rencontre dans les rues le soir

Suivait un tout petit gamin

Munie d'un couteau à la main.

 

Si seulement ce si jeune était au courant

Qu'il ne pourrait pas résister

A tous les coups de couteau plantés

Comme sa vie se résumerait au néant !

 

"Ô toi la vie, pourquoi es-tu si cruelle ?"

"Pourquoi ne sommes-nous que mortels ?"

Rends-nous heureux jusqu'à la fin de nos journées

Bien que la mort soit notre fatale arrivée !

 

Heure cruelle
Tag(s) : #fleurs du mal MG4
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :