Publié par Apolline

Que j’aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau !

"Le Serpent qui danse", Les Fleurs du Mal, Baudelaire

Femme à la fenêtre face à la mer

Femme à la fenêtre face à la mer

La Lionne enragée

 

Toutes mes sensations se bousculent

Ta peau est si belle

On dirait un tableau charnel

Je suis si crédule

 

Ton regard traverse mon corps

Comme une longue aiguille

Elle brille comme un bijou d'or

Ses yeux bleus scintillent

 

Je te vois arriver vers moi

Douce et sans effroi

Comme une lionne enragée

Mon cœur s'est échappé

 

J'admire ton corps si brûlant

Se coller au mien

Je sens ton parfum si lointain

Comme un très jeune enfant

Tag(s) : #fleurs du mal MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :