Publié par Paul

Lorsque tout me ravit, j’ignore
Si quelque chose me séduit.
Elle éblouit comme l’Aurore
Et console comme la Nuit ;

"Tout Entière", Les Fleurs du mal, Baudelaire

Ton absence

Elle scintille comme un éclat de soleil

Et me rafraîchit comme un nuage

L’Harmonie de sa voix m’éveille

Et me chavire dans le Tage

 

Si sa beauté m’inonde, laissant évanouis

Mes membres engourdis

Je reste sombre devant son ombre

Qui me hante dans cette nuit exquise

 

Métamorphose de l’âme

Brûle dans mon cœur infâme

Les cendres du bonheur que j’attise

Ô ma traîtrise

Tag(s) : #fleurs du mal MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :