Publié par Gravidi

Guilers vu du Ciel

Guilers vu du Ciel

Octobre sur le marbre aiguise un reflet de sa faux
Et dispense un peu d'or à ces lugubres bonbonnières,
Sucre amer d'un cœur de coiffeuse ou de noble autrichien.
La corde en béton musical, de Clichy vers Asnières,
Vibre au ciel pur de tout fantôme et, badaud comme un chien,
Je file en amont sur la berge aux odeurs buissonnières.

Jacques Réda, Hors les murs, "Octobre à Asnières"

Petite commune du nord-ouest 

Terre de guilériens et de guilériennes 

Quelle drôle de commune !

Dont la secrète séduction 

Opère au proche côté du large des conques

Dans ma petite terre riche telle une lagune 

Reposent quatre grands Géants colorés

Un peu comme un milieu, une île 

Comme une fontaine aux éléphants 

Le jour, les bruits des moteurs empestent

Le soir, moment involé de tranquillité 

Ravit sous une nuit étoilée

Au rivage du nord-ouest sur ma dune

De béton aménagé autour de l’église

La petite ville écoute sa journée prendre fin

 

Tag(s) : #poésie MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :