Publié par Guillaume

Solitude totalitaire

Mon Dieu, que tout fait signe de se taire !
Mon Dieu, qu'on est follement solitaire !

Complainte de la fin des journées/Les Complaintes (Mercure de France 1922)/Jules Laforgue

Je marche, j'erre vide, sans haine, sans colère
Dans un monde où "solitude" est le Maître Mot.
Il n'y a pas un oiseau, pas une ombre, rien de beau
Il a seul un regard narquois qui cherche à me plaire.

Par-delà les terres et les mers, il est ici
Près de toi et de moi, toujours plein de malice.
Il attire le silence et veut me faire taire
Il dépeuple le monde : seul, abandonné, j'erre.

 

Tag(s) : #poésie MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :