Publié par Hamza

La jalousie

On n'entendit plus du tout parler du petit Jean Vallin. Les parents, chaque mois, allaient toucher leur cent vingts francs chez le notaire; et ils étaient fâchés avec leur voisins parce que la mère Tuvache les agonisait d'ignominies, répétant sans cesse de porte en porte qu'il fallait être dénaturé pour vendre son enfant, que c'était une horreur, une saleté, une corromperie.

"Aux Champs" - dans Cinq nouvelles réalistes, de Guy De Maupassant

          Jean, qui avait entendu la rancune de Charlot envers ses parents, décida d’aller le trouver pour discuter de leur enfance, chacun de son côté. Jean alla frapper à la porte de la famille Tuvache et demanda à voir Charlot. Mme Tuvache eut un moment d’hésitation, douta de Jean puis appela son fils. À l’intérieur de la petite chaumière tous les regards étaient portés sur Jean, les deux filles aînées le dévisageaient de haut en bas. Jean était venu vêtu de façon très élégante pour venir frapper à la porte de petits paysans comme les Tuvache, mais Charlot fit un effort et vint lui demander ce qu’il voulait. Jean lui expliqua qu’il aimerait parler avec lui de ce qu’ils avaient vécu durant leur enfance, il lui proposa de l’emmener boire un verre en ville. Charlot accepta, après quelques secondes d'hésitation. Jean fut ravi, il le fit monter dans sa voiture et se mit en route. Durant le trajet, les deux hommes ne partagèrent pas un seul mot. Une fois arrivés dans une petite brasserie, Jean commanda deux bières. Charlot au départ fut un peu mal à l’aise car il était en face d’un homme qu’il avait connu pauvre, sale et gamin. Il se retrouvait aujourd’hui en face d’un beau jeune homme riche et adulte. Jean entama la conversation :

- « Alors, dis-moi un peu ce que tu deviens, qu’as-tu fais pendant ces dix-sept longues années ?
- Je n’ai pas changé moi, je suis resté à m’occuper de ma famille, j’ai travaillé dur pour à la fin en être toujours au même point. Tandis que toi tu n’as pas eu besoin de travailler, et aujourd’hui tu es riche, tu as vécu comme un petit prince pendant dix-sept ans, tu te rends compte au moins de la chance que tu as eue ?

- Bien sûr que je m'en rends compte. Mais toi, tu ne connais pas la sensation de ne pas vivre, de ne pas voir, de ne pas parler à ses parents biologiques pendant dix-sept ans. J'ai souffert, moi aussi. Mes parents me manquaient tellement que c'est moi qui ai décidé de revenir les voir. »

     Charlot, touché par les propos de Jean, repensa à ses parents et éprouva un certain regret par rapport à ce qu'il leur avait dit quelques jours avant. Il resta au bistrot et réfléchit pendant un long moment. Il prit une décision et rentra chez lui, accompagné de Jean. Il rentra dans sa chaumière et s'excusa auprès de ses parents. Ses parents acceptèrent ses excuses.

 

Tag(s) : #récit S6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :