Publié par Gauthier

Le long chemin d’une petite fille

Le long chemin d’une petite fille

Ses yeux ne me voient pas, son corps serait jaloux ;
Elle m’a dit : « monsieur... » en m’enterrant d’un geste

"Complainte des consolations", Jules Laforgue, LES COMPLAINTES

Comme chaque soir 

Souvent rejeté, comme une petite fille 

Comme un léger faux jour

Sur un long chemin désert 



Comme un semblant rappel de tendresses 

– Qui ne me lâchait jamais 

Comme un seul être repoussé pour ?

Souvent trop habitué 



Comme chaque jour 

Je nous voyais, comme une petite fille 

Comme si toi tu m’ignorais 

Je m’en rappelle de ces moments 



Sans haine, ni de paix 

Je fuyais, sans m’en aller 

Souvent détesté, pour ? 

Mille regrets, je m’en allais 

 

 

Tag(s) : #poésie MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :