Publié par Nolan

La traque et le repos

Bienheureux, j’allongeai les jambes sous la table
Verte : je contemplai les sujets très naïfs
De la tapisserie. — Et ce fut adorable,
Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

— Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! —
Rieuse, m’apporta des tartines de beurre

"Au cabaret vert", Cahier de Douai, Rimbaud

Ma vie aura été désastreuse                                                                              

J'ai dû courir, partir, toujours fuir                                                                        

Je n'ai fait que ça de ma vie                                                                               

La raison ? Je la cherche encore

 

J'ai fui pour ne pas mourir                                                                              

Le seul moment de tranquillité que j'avais                                                  

C'était quand je me cachais, je me reposais                                               

De ma course qui ne menait à rien

 

Mais ce repos que j'aimais tellement                                                        

N'était que de courte durée                                                                             

Car on me retrouvait toujours    

                                                                          

Être pourchassé finit par devenir lassant

Un jour je me suis demandé                                                                   

« Pourquoi pas l’ultime fuite, au pays éternel ? »

 

Au moins, là, je serais vraiment tranquille

 

Tag(s) : #poésie MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :