Publié par Gravidi

La solitude ne se voit pas, elle se vit

La solitude ne se voit pas, elle se vit

Mon Dieu, que tout fait signe de se taire !
Mon Dieu, qu’on est follement solitaire !

"Complainte de la fin de journée", Jules Laforgue - LES COMPLAINTES (1885)

Femme au cœur de qui mon cœur a cru

Je te convoite comme un trésor disparu

Je te maudis… mais en t’aimant… Étrange !

Mon cœur bizarre te recherche toujours

Maintenant que j’ouvre les yeux, trop tard…

 

Tout proche de l’interlocuteur

Et pourtant loin, l’esprit ailleurs,

Comme en un voyage m’évadant

Je pense à toi, à nos moments.

Puis-je faire un saut en arrière ? Impossible !

 

Je suis là, présent et absent, pourquoi ?

Je suis exilé, et que pèse le temps

Malgré le beau soleil des midis éclatants !

Retombant chaque soir dans un terrible silence

Je pleure, seul au monde, ton absence

 

- Sais-tu ? Voudrais-tu seulement savoir

Que me manques ?

 

Tag(s) : #poésie MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :