Publié par Diane

2076 Verte Tyrannie

De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait une sur le mur d'en face. "BIG BROTHER VOUS REGARDE", répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston.
Seule comptait la Police de la Pensée.

1984 - Georges Orwell (édité en 1949)

           Aujourd’hui en 2076, le réchauffement climatique est au plus haut niveau. Il y a 60 ans, le monde devait changer pour que la terre aujourd’hui soit en meilleur état. Mais cela ne s’est pas amélioré, bien au contraire : l’océan est devenu la décharge du monde. Les hommes sont devenus de vrais monstres, égoïstes, sales, méchants. Rien n’allait avant, et maintenant c’est bien pire, adieu les illusions.

 

         Au début, cet homme avait de bonnes idées, mais au bout de huit mois, nous nous rendons compte que certes, il essaie de sauver la planète qui est la nôtre, mais aussi qu’il est vraiment excessif dans ses sanctions. L’homme en question est devenu un oppresseur. Si nous faisons une chose contre la nature – on l’appelle souvent « l’environnement » – il est capable de nous exécuter. Tout ça pour des choses minimes, c’est affligeant. Le système chinois de contrôle social d’il y a 60 ans (2016, déjà !) a été mis en place dans la monde entier : la population est notée selon les actions individuelles pour ou contre l'écologie. Nous sommes notés de 0 à 5, les personnes possédant un score entre 0 et 2 sont contraintes d'aller en prison. Au-dessus de 2, mais en dessous de 3, le tribunal est une étape obligatoire pour pouvoir récupérer des points. 

 

        C’est d’ailleurs la troisième fois que je suis convoqué au tribunal. La première fois, mon score est descendu à 2,9 points, j’avais simplement acheté un shampoing qui n’était pas biodégradable à 100%. La seconde fois, je suis arrivé à 2,1 points pour être aller avec un ami dans une voiture non électrique : aujourd’hui elles sont interdites pour éviter les gaz à effets de serre. J’ai pris une peine de trois semaines de prison car je n’étais pas au volant et que la voiture ne m’appartenait pas. Mais mon ami a été puni de 7 ans de prison, il était redescendu à 1,3 points. La troisième fois, heureusement j'en ai 3 - 3 points! - car je n’ai pas recyclé du plastique, je l’ai jeté... Ça peut paraitre absurde, que pour des idioties comme celles-ci nous soyons jugés. Je vais devoir mieux gérer mon crédit social... Je risque gros, alors...rentrer dans le rang ?

 

        Vivement que « cet homme » – nous avons interdiction de prononcer son nom – ne soit plus au pouvoir car en à peine 200 ans l’humain a détruit la planète, et ce n’est pas en faisant des actes, parfois, qui ne sont pas écologiques que la terre va sombrer davantage. L'humain est abusif dans ses règles, dans ses lois, dans tout. Il faut qu’on le voie comme le sauveur mais, il fait plus de mal qu’autre chose. Le niveau de pollution est critique dans tous les États, car les usines de recyclage rejettent, même si elles sont là pour le supposé "bien" de la planète, des tonnes de CO2.

 

        Au Ghana, le pays d’Afrique utilisé comme décharge, des produits électroniques et des plastiques sont empilés sur terre et mer, des hommes meurent ensevelis sous les débris. Dans la mer, un nouveau continent est né, autrefois grand d’1,5 millions de km2, maintenant il fait la superficie de l’Europe. Sans oublier qu'à cause du réchauffement climatique, la fonte des glaciers a fait resurgir des virus vieux de millions d’années. Beaucoup de personnes sont mortes à cause de ces virus. 

 

       L’oppresseur aux commandes de la France n’est pas vraiment une menace pour le monde naturel, mais surtout pour nous, les humains. La population française a diminué de moitié par ses pratiques barbares. Comme au temps des pirates, il a fait pendre 20 000 femmes et enfants qui n'ont respecté ses exigences. Il a fait enfermer son propre fils pour raison de trahison envers l'État : il avait osé contesté ce qu’il appelait la « tyrannie bien pratique de la pseudo-écologie ».

 

 

Tag(s) : #récit S6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :