Publié par Maïlys

C’est Mon Histoire

Leur démarche était lente, ils étaient souriants, ils ne dégageaient aucune agressivité, si bien que j’ai d’abord pensé qu’ils venaient faire connaissance.

En finir avec Eddy Bellegueule - Édouard Louis (2014)

         Tout a commencé quand je suis rentrée en CE2. À ce moment-là j’ai huit ans. Je suis une fille simple, souriante et je mords la vie à pleines dents. Hélas, je suis aussi une fille trop naïve... Ça s’est passé très vite. Trop vite. Je ne l’ai pas vu arrivé. Personne ne le voit arriver. C’est comme un monstre transparent qui gâche la vie des gens. 

      Un matin j’arrive à l’école, contente de revoir mes amis. Je les rejoins comme d’habitude, mais lorsque je leur demande de jouer avec moi, ils refusent. Sans que je ne le devine, c’est pour moi le début de la fin... La cloche sonne, je me dépêche de retourner à la salle de classe. La directrice m’attend avec sa tête des mauvais jours et m’oblige à la suivre dans son bureau. Elle m’explique que je suis accusée d’avoir gravement insulté mes camarades. Ce qui est horrible quand on a huit ans. Jamais je n’ai pu prouver que ces accusations étaient fausses. C’est de là que c’est parti. L’enfer a commencé par les mensonges, le bouche à oreille, puis d’autres mensonges, encore...

      Pendant quatre longues années je vis avec ces horribles gosses sur mon dos. Au départ, c’étaient de petites moqueries sur mon physique qui ne m’affectaient pas vraiment. Mais « ils » mettaient aussi mes affaires sous les douches, crachaient sur mon manteau, « ils » m’ont même enfermée dans les toilettes ! Les monstres fouillaient mes poches pendant les récréations pour voir si je n’avais pas de jolies billes. Après, « ils » me poussaient, me bousculaient jusqu’à m’enfermer dans les toilettes... Un jour « ils » sont allés jusqu’à me couper les cheveux.

      Au collège, c’est devenu de pire en pire. « Ils » font la même chose mais beaucoup plus souvent. « Ils », ce sont toujours les mêmes. Pas forcément les mêmes personnes mais c'est toujours le même visage.

      J’en ai marre... je craque... Je décide d’en parler à mes parents et nous décidons de changer de collège.

      L’enfer est fini. 

 

Tag(s) : #autobiographie MG4
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :