Publié par Jade et Enora B.

De l'autre côté de la porte


Quand ils furent aux frontières des Oreillons : « Vous voyez, dit Cacambo à Candide, que cet hémisphère-ci ne vaut pas mieux que l’autre ; croyez-moi, retournons en Europe par le plus court chemin. — Comment y retourner, dit Candide ; et où aller ? Si je vais dans mon pays, les Bulgares et les Abares y égorgent tout ; si je retourne en Portugal, j’y suis brûlé ; si nous restons dans ce pays-ci, nous risquons à tout moment d’être mis en broche.

Candide (1759),Voltaire

     Il y avait en France, dans une maison délabrée de campagne, un jeune garçon. Pierre était son prénom, car il avait une collection de cailloux précieux.

     Il possédait également une multitude d'animaux comme un poney, nommé Filou, ou encore une sauterelle, nommée Jean-Jean. Il était tellement amoureux de la faune et de la flore qu'il se contentait du strict minimum, seulement de quoi dormir et manger.

     Un beau jour, le jeune garçon décida d'aller en ville, un endroit qu'il n'avait jamais visité auparavant, un endroit qui paraissait grand, si on se fiait aux rumeurs. Quand il ouvrit la porte principale de la ville, de l'autre côté se trouvait un monde où les hommes marchaient avec une sorte de carte brillante, étrangement bruyante, à la main. Quand il levait la tête, il voyait des voitures semblables à de gros oiseaux volants.

     Il se dirigea ensuite vers un restaurant dans lequel il vit une assistance abondante. Il ne comprit pas pourquoi chacun attendait à une table sans rien faire. Il suivit le mouvement et s'assit donc, lui aussi, à une table. Peu de temps après, un homme, qui ne ressemblait pas strictement, seulement étrangement, à un être humain, s'approcha de lui en lui demandant ce qu'il voulait manger. Il remarqua que c'était une machine parlante qui paraissait vouloir imiter les humains. Il sortit du restaurant et repartit aussitôt chez lui.

 

De l'autre côté de la porte
Tag(s) : #candide S6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :