Publié par Ewen et Donovan

Le candide et le pessimiste

Pangloss enseignait la métaphysico-théologo-cosmolonigologie. Il prouvait admirablement qu’il n’y a point d’effet sans cause, et que, dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beau des châteaux, et madame la meilleure des baronnes possibles.
Candide écoutait attentivement, et croyait innocemment.

Candide (1759), Voltaire

         Pascal s'aperçoit que son ami Meursault a le vague à l’âme. Il va le voir et lui demande ce qui ne va pas.

–  Salut Meursault, qu'y a-t-il ? demande Pascal.

–  Salut Pascal, je n'ai plus la force de vivre, je veux mourir.

–  Pourquoi ?

–  J'ai perdu ma mère. 

–  Ne dis pas de sottises, tu traverses un moment difficile, mais il reste tellement de belles choses à vivre, même après un drame, même après un deuil. Il faut traverser cette épreuve que l’on t’envoie.   

–  Non, je n'ai plus personne sur qui compter.

–  Regarde, tu as un bon salaire, tu pourras te faire plaisir. Ta mère serait heureuse pour toi.  

–  Je ne peux pas, j'ai un loyer à payer et je ne possède plus l'aide de ma mère, je me suis endetté.

–  Avec le niveau  d'études que tu as, tu pourras trouver un nouveau travail, qui sera mieux rémunéré. Les défis rendent plus forts, c’est stimulant l’adversité !

–  Impossible… mon secteur est bouché, mêmes avec mes diplômes. Tu sais les études aujourd’hui, ça ne rapporte plus.

–  Allez, rassure-toi, tu n'as pas attrapé le « coronavirus » ! Vois le bon côté, il y en a toujours un ! Tu es en pleine forme, un corps sain dont tu vas prendre soin.

–  Quand bien même, je n’ai plus aucune raison de vivre. Et si tu vois bien ma chance, je risque bien d'être contaminé…

– Sans vouloir te décevoir, tu ne pourrais pas l'attraper car les personnes infectées sont placées en quarantaine. Vois midi à ta porte, relève la tête Meursault ! Heureusement pour toi, tu ne subis pas non plus les problèmes des habitants australiens. Les maux que tu vis sont durs mais limités. Rien n’est fait ici-bas pour t’accabler.   

–  L’Australie ? Je n'habite pas là-bas, donc peu m'importe !

–  Tu sais, certains vivent des moments encore plus difficiles que toi, tu ne subis pas une menace imminente,  et la vie suit son cours. Tu as besoin de calme et de repos. Cela sera peut-être un peu long mais tu arriveras à surmonter cette épreuve.

–  C'est faux. Tout le monde perd ce qu’il a de plus cher. Il n’y a rien à faire. Je n’y arriverai pas !

–  Écoute, contrairement à toi, les australiens se battent, ils continuent, ils s’efforcent, ils avancent pour vivre, et ils veulent vivre heureux, même si c’est plus tard. C’est dur, mais c’est peut-être « un mal pour un bien ».

–  Moi je ne serai plus jamais heureux !

–  Pense aux koalas. S’ils étaient défaitistes comme toi… As-tu pensé aux koalas ? Crois-tu qu’ils s’amusent au Parkour dans le bush en feu ?  

–  Et alors ? Ma vie est plus importante que la leur.

–  Tiens. Tu vois que tu tiens à la vie ?

–  C’est un cas-limite. Je ne suis pas suicidaire. Je ne veux pas en finir, mais je n’y crois plus. La mort de ma mère m'anéantit. Je suis seul à présent, et tout est noir.

 

Tag(s) : #candide S6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :