Publié par Damien

Ô Âme perdue

Sur l'air populaire
« Quand le bonhomm' revint du bois »

Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il prit à deux mains son vieux crâne,
Qui de science était un puits !
Crâne,
Riche crâne,
Entends-tu la Folie qui plane ?
Et qui demande le cordon

"Complainte du pauvre jeune homme", Les Complaintes, Jules Laforgue

Un homme en désespoir arrive

Il sent une nouvelle âme affective

Cette âme belle dans cette pièce sombre

Il ne voit pas son corps dans la pénombre 

 

Mais ressent quelque chose de si spécial 

Il entend des chants comme une chorale 

Parler à cette âme en vie, et perdue 

Des voix d’enfants chantant sont apparues 

 

L’homme ne comprend rien, essayant d’entendre 

Il a peur que cette vie tombe en cendres 

Et veut la sauver d’une mort précoce 

Car le corps mort est en fait… un gosse

 

Quoi qu’il en coûte, cet enfant doit vivre 

Et le croque-mort doit au plus vite agir 

Or il est déjà bien trop tard pour lui 

L’enfant depuis longtemps s’est enfui

 

L’homme désespéré a échoué 

Il n’a plus que des remords encloués

Et vit quelque chose d’horrible : une chute

Dans ce monde blessant les yeux, sans but

 

Tag(s) : #poésie MG4
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :