Publié par Mehdi Y.

Captif Covid-jour 9.1 Ennemi invisible

Ennemi Invisible

        Bonjour Journal de bord.

       Nous avons désormais dépassé la barre des mille morts, des mille guéris, et la barre des 19 856 contaminés. Nous sommes arrivés au neuvième jour du confinement, qui a été instauré par le président de la République.

       Tous les fonctionnaires de l’Etat ont été réquisitionnés, infirmiers, médecins, policiers, gendarmes et militaires, en première ligne afin d’assurer le bon déroulement du confinement, pour que la population puisse retrouver une vie à la normale d’ici peu, disons le plus vite possible.

       Le COVID 19 nous atteint tous de près ou de loin, des proches, des amis, des connaissances. Et des infirmiers et des médecins – au front de guerre – sont tombés au combat, pour la France, face au coronavirus.

        Les prisons et les hôpitaux sont surpeuplés, le personnel débordé appelle à l’aide l’État par le biais des plateaux télés, des journaux télévisés, car le manque de matériel se fait ressentir, autant que la responsabilité de l’État face à ce fléau qui ravage les villes, les régions, ici comme ailleurs : dans les pays du monde entier.

       Tous les matins, je me réveille en pensant à cette phrase qui vient du film « La Haine » : « l’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage », en espérant que la situation actuelle du pays s'améliore ; en espérant que les chercheurs trouvent un remède assez vite pour en finir avec ce cauchemar.

      Moi, je ne fais rien de spécial de mes journées. J’admire les rues désertes, je suis les cours à distance, je joue aux jeux vidéo avec mes amis. Et je poursuis ma routine en cessant de penser aux dégâts que l’on subit, causés par un être invisible, redoutable, craint de tous.

 

Tag(s) : #réel et fictif
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :