Publié par Mathys

Au pays merveilleux

J’osais mes émotions, mes rêves, mes désirs, et même certains mots

Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), Simone de Beauvoir

         L’année de mes dix ans, je me souviens d’un séjour extraordinaire passé en compagnie de ma mère à Disneyland. 

        Tout a commencé lorsque mes parents m’ont présenté une enveloppe qu’ils m’ont demandé d’ouvrir. Je l’ai ouverte avec précaution, mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvris la carte qu’il y avait à l’intérieur, avec l’image d’un château où était inscrit « Eurodisney » ! J’étais fou de joie, je sautais partout dans la maison. J’avais trop hâte d’y aller. Et c’est ainsi, que tous les deux, ma mère et moi, avons pris le car de très bonne heure le matin, en compagnie également de deux de mes amis.

        Après un long trajet, nous avons aperçu la tête de Mickey qui nous signalait notre arrivée au parc. Le car nous a déposés près de notre hôtel. Dans notre chambre, nous avons mis nos valises puis rejoint les copains en direction du parc. En route pour l’aventure. Que de monde devant les portes, tous autant excités que nous. Il y a tellement de choses à faire et à découvrir que l’on ne sait pas où donner de la tête. Enfin, on décide de faire un manège, ma mère n’est pas rassurée de faire cette attraction avec moi, je trépigne d’impatience, une longue file de personnes s’est formée devant nous.

        Enfin c’est à notre tour. Vite, je prends place dans une de ces voitures aérospatiales. Et c’est parti, virage à droite, virage à gauche... Après 10 minutes d’une folle course poursuite le manège s’arrête. J’en ressors heureux. Pas le temps de traîner, que je prends la main de ma mère et la conduit vers un nouveau manège. On continue la journée à explorer de nouveaux manèges, dans ce monde magique qu’est Disney. On se retrouve un coup au Far West. C’est fascinant ! La journée bat son plein. Puis la journée s’achève devant le spectacle magique du feu d’artifice tiré au château. A la fin du spectacle, on se décide à rentrer. Après une journée riche en émotions et découvertes, on se couche dans nos lits. Je me souviens encore de la couleur des murs des chambres, la couleur ocre emplie d’une odeur de vanille qui bercera ensuite mes souvenirs d’enfance.

        Après une bonne nuit de sommeil, je me réveille le lendemain matin pour aller prendre le petit-déjeuner. J’aime autant vous dire que c’était vraiment incroyable, que ce soit visuel, avec ces tours de pancakes ; ou que ce soit gustatif. Bref, il y en avait pour tous les goûts. 

       Après ce petit déjeuner gargantuesque, nous avons pris la route, direction Brest, ma Bretagne natale. Encore une fois, ce séjour fut merveilleux et restera le plus beau souvenir de toute mon enfance.

 

Tag(s) : #autobiographie MG1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :