Publié par Ambre

L'enfermement

L'enfermement

     Nous sommes le jeudi 2 avril 2020, soit le 18ème jour de confinement.

 

     4 h 30 : Je dormais, comme beaucoup de monde à cette heure-là, puis, d'un coup je me réveille en sursaut. Bouffée de chaleur et nausée s’emparent de mon corps. J'ai peur et je panique. Jamais cela ne m’était arrivé auparavant. Je retire la couette de mon corps et commence à m'agiter, je n'avais pas vraiment consciente et ne savais pas pourquoi je paniquais ainsi. Puis, petit à petit, cette bouffée de chaleur s'en va, mais cette nausée ne me quitte point. Je commence à cogiter dans ma tête... Deviendrais-je paranoïaque avec ce virus ? Est-ce que je viens de me réveiller d'un cauchemar dont je ne me souviens point ? Ou ne seraient-ce que les effets de la pleine lune ?  

     7 h : Mon réveil sonne, mais je n'étais pas parvenu à me rendormir depuis 4 h 30... Je décide donc d'éteindre mon réveil. Je tente à nouveau de me rendormir et j'y parviens.

     9 h 30 : Les rayons du soleil passent à travers mon velux, me réveillent et me permettent de sortir de ce cauchemar, me rappelant de mauvais souvenirs d'octobre dernier. Serait-ce toujours la pleine lune qui me fait cet effet ? Après m'être remise de ces émotions, je décide de descendre pour prendre mon petit déjeuner et d’oublier ce cauchemar. En arrivant en bas des escaliers, mon petit frère arrive vers moi tout joyeux, et me crie « LES BÉBÉS PIGS-D'INDE SONT NÉS !!!! ». Les « pigs d'Inde », ce sont nos cochons d'Inde que l'on appelle ainsi depuis que mon frère pensait qu'en anglais ça se disait comme ça. On avait bien ri de cette erreur, et donc depuis c'est le nom qu'on utilise pour les désigner. On attendait impatiemment l'arrivée des bébés ! Deux petites femelles blanches à taches noires.

     10h10 : Je décide d'aller prendre mon petit déjeuner. Comme à mon habitude, je verse mes céréales dans mon bol puis me dirige vers la télévision. Je l'allume et … « Alerte coronavirus, pour vous protéger et protéger les autres... », cette pub de prévention qui revient sans cesse.

     11 h : J'allume mon ordinateur et commence à travailler jusqu'à l'heure du déjeuner.

     14 h 26 : Je me remets devant mon ordinateur afin de participer à la classe virtuelle pour les mathématiques qui commence à 14 h 30. Une fois le cours fini, je continue à travailler mes cours et de peaufiner mes devoirs.   

     16 h : L'heure du goûter ! Une fois mes devoirs finis et mon sport fait, je descends pour prendre le goûter ; trois clémentines et de l'eau citronnée. Puis je m'installe sur mon canapé et commence à regarder un film.

     18 h : Je décide d’aider mon père à faire les pizzas pour le dîner. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'une bataille de mousse avec le liquide vaisselle éclate. C'était amusant, mais il a fallu tout nettoyer après...

     20 h : Après avoir mangé, on s'installe tous dans le canapé pour regarder le journal de 20 h. Le nombre de cas de Coronavirus en France est passé à 59 105 personnes contaminées, c'est 2 116 de plus qu'hier. Ils annoncent 4 503 décès depuis le début de l’épidémie, soit 471 personnes de plus en 24 h. Mais il y a toutefois 12 428 personnes guéries, ce qui représente 1 493 de plus en 24 h. Les résultats sont plutôt encourageants car le nombre de guérisons augmente et celui des décès devrait commencer à diminuer de jour en jour !

     21 h 30 : Allongée dans mon lit, je fais le tour des réseaux sociaux sur mon téléphone. Une fois mon portable éteint, j'observe le vide et commence à me parler dans ma tête. Je me console en me disant que cela devrait s'améliorer de jour en jour et que tout cela sera bientôt derrière nous ! Cela fait maintenant trois semaines que le Président a annoncé la fermeture des écoles. Maintenant, ce que l'on se demande tous, c'est « quand est-ce que les cours vont reprendre ? », le 4 mai comme prévu ? Ou est-ce que cette date va être repoussée ? Qu'en sera-t-il du BAC ? Plein de rumeurs circulent à ce sujet, mais que croire ? 

Tag(s) : #réel et fictif
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :