Publié par Blandine

Captif Covid-J 35 Marché masqué

        Nous sommes le dimanche 19 avril, nous sommes au 35ème jour de confinement. Mon état d'esprit, à l'heure où j'écris, est stable. Évidemment, il y a des jours avec, et des jours sans. Dans ces moments-là, il faut savoir positiver malgré tout, et se dire que cette situation n'est que passagère. Il y a quelques jours, j'ai appris que les écoles, les collèges et les lycées pourraient reprendre à partir du 11 mai, si la situation sanitaire du pays le permet. Selon moi, cette option de reprise des cours, à partir de cette date, va être très compliquée à gérer au niveau logistique, autant pour les équipes pédagogiques que pour les élèves.

      Aujourd'hui, c'est jour de marché dans ma ville, je me suis munie d'un masque et je suis partie avec ma mère en direction du marché. Nous n'avons évidemment pas oublié notre attestation. Arrivées là-bas, je remarque que les gestes barrières sont strictement appliqués pour la sécurité de tous. Des barrières sont installées de façon à former une file d'attente pour garder le « mètre de distance » entre les personnes. Avant de rejoindre cette file, nous devons passer par un petit endroit afin de mettre du gel hydroalcoolique sur nos mains.

     Ce matin, il n'y avait pas beaucoup de monde car il n'était que 9 heures du matin. Une fois arrivées devant le stand de fruits et légumes, je remarque qu'il y une ligne au sol qui est ici pour garder un mètre entre nous et la vendeuse. Afin de limiter les risques de contamination, c'est la commerçante qui met nos fruits et nos légumes dans un sac plastique avec des gants.

     De retour du marché, nous avons laissé les sacs de course dans notre garage durant quelques heures afin de « tuer » le virus. Pour nous protéger, nous nous sommes également lavé les mains. Pendant le reste de l'après-midi, j'ai regardé des séries comme je le fais presque toutes les après-midis. En début de soirée, nous avons regardé les informations et nous avons vu que, dans les petits villages, les habitants sont solidaires entre eux. Par exemple, certains habitants se retrouvent, mais à distance, chacun devant son portail : ils mettent de la musique et dansent tous ensemble, afin de féliciter le travail du personnel hospitalier. J'espère que cette solidarité, que les français ont en ce moment, va durer dans le temps, y compris après le confinement.

Tag(s) : #réel et fictif
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :