Publié par Thomas et Clément

Euthélos se battant à mort contre les guerriers

Euthélos se battant à mort contre les guerriers

              Euthélos, accompagné de son équipage, revient d'une grande guerre en Grèce. Partis depuis de très longs mois, les guerriers sont impatients de retrouver leur pays et leurs familles. Leur voyage de retour dure deux mois, mais dès le deuxième jour ils doivent faire face à un raz de marée. Euthélos le brillant stratège reste concentré et, manœuvrant le navire avec brio, dévie le cap à une vitesse ahurissante. Les seules pertes constatées sont les quelques tonneaux de vin passés par-dessus bord. Soulagé par cette victoire sur la tempête, le héros prie les dieux afin d'apaiser leur colère. De nombreux jours se passent sans le moindre souci, mais un beau matin, le Commandant remarque une immense brèche dans la coque du navire, une plaie dans le bois qui peut faire couler le bateau à toute vitesse. Mais l'Ingénieur ne baisse pas les bras. Avec génie il prend des bouts de bois dénichés sur le pont et descend à l'aide d'une corde, tout près des flots en furie pour réparer la faille. Son équipe reconnaissante le remercie de les avoir sauvés maintes et maintes fois. Mais la pause est de courte durée. En effet, une escale s'avère nécessaire pour être en capacité de poursuivre le voyage. Lorsque les marins quittent le bateau pour aller à la recherche de provisions, le navire est attaqué par une horde de survivants de la guerre précédente. Les guerriers se ruent sur le capitaine qui, resté seul à bord, était comme toujours sur ses gardes. Le combat est terrible, féroce, effroyable, sanglant ; des coups d'épées s'échangent, blessant Euthélos comme ses adversaires, aux épaules, aux cuisses... Notre héros aveuglé par le sang qui gicle de ses blessures ne faiblit pas et retrouve la vue, à l'aide des dieux. Le Puissant remporte ainsi le combat. Pour signer sa victoire, Eutélos traite les blessés comme les morts, les émascule, leur coupe les membres et jette leurs restes aux piranhas.

        Un mois s'écoule tranquillement mais arrive le jour où le manque de nourriture se fait cruellement sentir. Euthélos, intelligent, sait que ce manque livrerait ses hommes à la folie. Pour éviter cette catastrophe, il propose donc d'attacher ses compagnons à différents endroits du bateau et de prendre seul en charge le pilotage du navire. Cette idée est dure à accepter pour ses camarades mais ils décident de lui faire confiance et s'en remettent à lui. Plus les jours passent, plus la faim les fait souffrir. Euthélos en arrive à leur servir un seul et unique repas par jour et la ration se résume à un seul petit pain. Affaiblis, quelques-uns des marins meurent. Euthélos promet aux survivants qu'ils vont bientôt accoster sur une île. Pour rester éveillés, ils se racontent des anecdotes qu'ils ont vécues pendant la guerre. Euthélos commence et raconte une des siennes. C'était un soir de novembre, ses alliés et lui préparaient un guet-apens pour leurs ennemis assiégés. En effet, ils avaient construit une immense chouette en bois en guise de cadeaux. Mais à l'intérieur, il avait eu l'idée de cacher trois cents soldats prêts à en découdre. La stratégie se déroula bien et l'animal fut transféré à l'intérieur de la cité ennemie. Vers une heure du matin, alors que les soldats et la population dormaient profondément, la troupe sortit de sa cachette. Ce fut un massacre, les gens ne comprenaient pas ce qui leur arrivait. Les mille soldats qui attendaient à l'extérieur profitèrent de l'effet de surprise pour forcer les portes de la ville. Grâce à la stratégie d’Euthélos, son clan remporta une grande victoire. Après le capitaine, quelques marins encore conscients racontent à leur tour, d'une voix affaiblie, leurs propres aventures. Alors que plus aucun d'entre eux n'a la force de poursuivre, Euthélos aperçoit la terre et le crie à ses amis. Lui seul a encore suffisamment de force et d'énergie pour rejoindre l'île, y récupérer de la nourriture et patiemment nourrir chaque membre de son équipage. Il leur sauve une nouvelle fois encore la vie.

        Sur la fin du voyage, Euthélos et son équipe fêtent la fin de ce long périple. Les marins chantent, dansent, boivent lorsque soudain une ombre apparaît. Cette ombre est terrifiante, elle a une forme étrange. Plus le bateau s'approche, plus l’humeur des marins change. Passant de la joie à la peur, les navigateurs sont désormais paralysés à la simple vue de cette ombre. La créature s'approche, c'est un serpent des mers à trois têtes, doté de neuf bras et de trois yeux sur chaque tête.  Tout à coup le serpent saute sur le bateau : c'est la panique à bord ! Les hommes fuient dans tous les sens et se réfugient dans le moindre endroit permettant de se cacher. Seul un homme fait face. C'est lui ! Euthélos le courageux ! Presque arrivé au bout du voyage il ne peut accepter de voir ses camarades mourir et décide d'agir. Il part à l'assaut du monstre. Cependant, ce dernier, de toute sa puissance le rejette violemment sur le pont du bateau. Le capitaine blessé mais plein de bravoure saisit une épée et d'un saut herculéen atteint le sommet du monstre et tranche une des trois têtes. Puis attrapant une lance, il l'enfonce dans la seconde tête de ce serpent. Le capitaine n'a plus d'armes pour combattre, mais il n'abandonne pas la partie et se rue sur l'animal. Avec une force titanesque, il étrangle la dernière tête.

        L'équipe, délivrée de cette dernière épreuve, aperçoit enfin ses terres chéries. A leur bonne surprise les habitants admiratifs les acclament. Même le roi est présent sur les lieux et les félicite pour leurs exploits. Mais Euthélos ne souhaite qu'une chose : retrouver sa femme qui lui a tant manqué. Elle vient vers lui, magnifique, resplendissante, portant dans ses bras un bébé. C'est ainsi qu'Euthélos fait la connaissance de son premier enfant.

Tag(s) : #épique, #1G7
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :