1g4

Publié par Adèle Envoi S'attacher à la mort comme telle, y reconnaître l'avidité d'un réel, c’était avouer qu'il est dans la langue, et dans toutes ses constructions, quelque chose dont je n'étais plus responsable. Or, c'est là ce que personne ne supporte...

Lire la suite
Tag(s) : #jacques roubaud, #élégiaque, #1G4

Publié par Manon P. J'eus une idée qui parut lumineuse à ma naïveté : au cours de déambulations à travers l'entreprise, j'avais remarqué que chaque pièce comportait de nombreux calendriers qui n'étaient presque jamais à jour, soit que le petit cadre rouge...

Lire la suite
Tag(s) : #amélie nothomb, #1G4

Publié par Nathan E. Rendons d'abord l'atmosphère à la fois brumeuse et sèche, échevelée, où la cigarette est toujours posée de travers depuis que continûment elle la crée. Puis sa personne : une petite torche beaucoup moins lumineuse que parfumée, d'où...

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Auregann Déjeuner en famille. On mange dans les belles assiettes, on boit les vins avec des noms comme des souvenirs, on prend le temps pour le repas, les paroles viennent sans effort et les lumières roulent dans le ciel, derrière les vitres....

Lire la suite
Tag(s) : #christian bobin, #1G4

Publié par Marie Mort réelle et constante À la lumière. je constatai ton irréalité. elle émettait des monstres. et de l’absence. L’aiguille de ta montre continuait à bouger. dans ta perte du temps je me trouvais tout entier inclus. C’était le dernier...

Lire la suite
Tag(s) : #jacques roubaud, #élégiaque, #1G4

Publié par Youenn Rendons d'abord l'atmosphère à la fois brumeuse et sèche, échevelée, où la cigarette est toujours posée de travers depuis que continûment elle la crée. Puis sa personne : une petite torche beaucoup moins lumineuse que parfumée, d'où...

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Nohan B. Vingt-quatre champions du jeu national Sur le pré lumineux se sont formés en ligne ; Coup de sifflet : la joute encore que bénigne Accuse à chaque instant un effort plus brutal. Les fronts sont empourprés, les crosses font du mal....

Lire la suite
Tag(s) : #fleurs du mal, #1G4

Publié par Alysson Poursuivre une fête musicale Après avoir écrit ta lettre D’adieu au monde à ton mal-être Ton assez ! De pas si mal joué À ta flûte roseau en chantier Désespérante tu-ne-sais-quoitude Sol sol sol sol sol solitude Entendre criardemment...

Lire la suite
Tag(s) : #valérie rouzeau, #1G4

Publié par Nolan L. Va-t-on mesurer ma valise Et me faire quitter mes chaussures Me reconnaître à l'arrivée M'oublier à l'aéroport Vider mon flacon de shampooing Sonner pour un morceau de fer Coupe-ongles ou pince à épiler Petit couteau d'anniversaire...

Lire la suite
Tag(s) : #valérie rouzeau, #1G4

Publié par Enzo S. La cigarette Rendons d’abord l’atmosphère à la fois brumeuse et sèche, échevelée, où la cigarette est toujours posée de travers depuis que continûment elle la crée. Puis sa personne : une petite torche beaucoup moins lumineuse que parfumée,...

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Lisa « Morte » Devenue identique. Dire de toi : dire tout rien. Existante dans l'au-moins-deux, visible d'un état-des-choses, à chaque moment enfin nommée, renommée, belle, telle : mais plus. Je ne te nomme plus que comme incolore. Sans le...

Lire la suite
Tag(s) : #jacques roubaud, #élégiaque, #1G4

Publié par Lukyan « Les plaisirs de la porte » Les rois ne touchent pas aux portes. Ils ne connaissent pas ce bonheur : pousser devant soi avec douceur ou rudesse l'un de ces grands panneaux familiers, se retourner vers lui pour le remettre en place,...

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Léane C. La beauté des fleurs qui fanent : les pétales se tordent comme sous l’action du feu : c’est bien cela d’ailleurs : une déshydratation. Se tordent pour laisser apercevoir les graines à qui ils décident de donner leur chance, le champ...

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Nolhan V. Sous le plafond bas de ma petite chambre, est ma nuit, gouffre profond. Précipité constamment à des milliers de mètres de profondeur, avec un abîme plusieurs fois aussi immense sous moi, je me retiens avec la plus grande difficulté...

Lire la suite
Tag(s) : #henri michaux, #1G4

Publié par Evan M. Ta rose distraite et trahie Par un entourage d'insectes Offre depuis sa robe ouverte Un cœur par trop empiété. Pour cette pomme l'on te rente Mais que t'importe quelqu'enfant Fais de toi-même agitateur Déchoir le fruit comme la fleur....

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Mathieu B. À grosses joues pétantes bébé joueur Joufflu à faire joujou toujours Bien le bonjour bouille jouissive j’ouvre Comme à de la joie sapajou Bouille toute de bouillie barbouillée S’ajoute s’ajuste à une gaîté De lumière brute sans abat-jour...

Lire la suite
Tag(s) : #valérie rouzeau, #1G4

Publié par Lilwenn Aujourd’hui seize juin deux milles onze Bloom en trombes de bonne eau du ciel Ted et Sylvia se remarient Cinquante-cinq ans pour une main donnée À toi with this ring I thee wed C’est parti pour une épopée L’amour la vie la poésie Il...

Lire la suite
Tag(s) : #valérie rouzeau, #1G4

Publié par Mina Je voulais détourner son regard à jamais. je voulais être seul au monde à ne pas avoir vu du tout. cette main aurait pu ne pas être là, après tout : mais moi non plus, et avec moi disparaître le monde. ce cadeau. l'image de ta mort. Elle...

Lire la suite
Tag(s) : #jacques roubaud, #élégiaque, #1G4

Publié par Noan B.-M. « Quand le coq a crié La chair et le soleil, Quand la basse-cour entière A crié pour le sol Par ses gorges d’insulte, C’est la loi que la nuit S’annonce et prend contact Par ses mains de terreur, Où les terriers connaissent Des corps...

Lire la suite
Tag(s) : #eugène guillevic, #1G4

Publié par Samuel Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme Dans le déroulement infini de sa lame, Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer. Tu te plais à plonger au sein de ton image ; Tu l’embrasses...

Lire la suite
Tag(s) : #fleurs du mal, #1G4

Publié par Thomas C. Illumination de la côte bretonne © Thomas C. Et pourtant, et pourtant J'étais triste comme un enfant Les rythmes du train La « moëlle chemin-de-fer » des psychiatres américains Le bruit des portes des voix des essieux grinçant sur...

Lire la suite
Tag(s) : #blaise cendrars, #1G4

Publié par Cléa Encore un train bondé de culs de militaires En toile de camouflage la même pour leurs gros sacs Pas de quoi se tourner impossible d'atteindre Les vécés le wagon-bar en voiture quatre Les culs les innombrables derches du vendredi Aux heures...

Lire la suite
Tag(s) : #valérie rouzeau, #1G4

Publié par Nathan P. Telle est, semble-t-il, la fonction physique de cette espèce de tapisserie à trois dimensions à laquelle on a donné le nom de végétation pour d'autres caractères qu'elle présente et en particulier pour la sorte de vie qui l'anime......

Lire la suite
Tag(s) : #francis ponge, #1G4

Publié par Argan A la lumière. je constatai ton irréalité. elle émettait des monstres. et de l'absence. L'aiguille de ta montre continuait à bouger. dans ta perte du temps je me trouvais tout entier inclus. C'était le dernier moment où nous serions seuls....

Lire la suite
Tag(s) : #jacques roubaud, #1G4

Publié par Louane Bonne qu'à ça ou rien Je ne sais pas nager pas danser pas conduire De voiture même petite Pas coudre pas compter pas me battre pas baiser Je ne sais pas non plus manger ni cuisiner (Vais me faire cuire un œuf) Quant à boire c'est déboires...

Lire la suite
Tag(s) : #valérie rouzeau, #1G4
1 2 3 > >>